Créations Professionnelles

C’est un signe ?

Pour cette nouvelle création Johan Amselem désire explorer et exploiter la force évocatrice de la langue des signes. Comme il aime utiliser le geste – base essentielle de son moteur d’écriture chorégraphique – qu’il transforme, distord, auquel il confère une musicalité, qu’il porte aux limites de l’abstraction, le signe est la matière première de C’est un signe.

Après Vilains #2 – conte dansé électro-pop habité par 6 interprètes, accessible en LSF et audio description, autour des thèmes fondateurs portés par Le Vilain petit canard – le chorégraphe se laisse habiter par Alice au pays des merveilles.

Des extraits choisis et travaillés du conte sont traduits en langue des signes. Mis en bouche, en chant, en musique et en mouvements, ils servent de base à la créativité du chorégraphe.

Confusion du sens, entre narration et envolées lyriques insensées, langues des signes instituée et inventée, l’univers créé est magique et mystérieux. Confusion des sens, le public est tour à tour voyant et aveugle, entendant et sourd. Un écho sociétal est en jeu au plateau, ordre établi dont on ne comprend pas toujours le sens, auquel on se soumet comme Alice se soumet à la logique de l’absurde du monde dans lequel elle se perd, auquel on tente parfois de résister en référence à sa relation avec la reine de cœur.

En écho aux univers cartoonesques et maximalistes qu’aime à créer le chorégraphe, le danseur sourd est travesti : mi Alice, mi Madame Irma. Avec le.a musicien.ne multi-instrumentaliste ils vont se lancer dans un dialogue que l’on pourra qualifier parfois de sourd ». Ils cherchent tous deux à se comprendre, à se traduire, ou pas, à s’accepter, se rejeter, en mots et en mouvements.

Sens et non sens, lire dans les signes, donner du sens à ce qui n’en a pas et l’ôter de ce qui en a, faire danse à partir de la langue des signes, sont au coeur de cette nouvelle création.